Lettre ouverte à M. Zelensky, Président de l’Ukraine

Paris, le 9 avril 2022.

M. le Président,

M. Zelensky,

Permettez-nous que nous nous tournions vers l’artiste et non pas vers le président.

Nous sommes des artistes et notre attention a été attirée par votre série, le Serviteur du Peuple que nous considérons comme une fiction très intéressante. Comme écrivaine et artiste peintre nous nous intéressons aux processus qui se déroulent dans l’esprit humain. Les décisions, les impressions, les motivations, tout ce qui peut influencer le déroulement des événements dans le monde nous intéresse. Puisque nous vivons en France depuis des années, nous vous écrivons en français, malgré le fait que nous sommes des Hongroises. Nous sommes donc vos voisines.

Nous rédigeons un blog consacré entièrement aux films et nous sommes en train d’analyser la première saison de votre série. Votre personnage de fiction, Vassili Petrovitch Goloborodko a des objectifs très positifs, il veut construire une véritable communauté où chaque personne, chaque citoyen assume ses responsabilités envers le pays et les autres. Les membres de son administration se considèrent comme des serviteurs du pays et ils ne profitent pas de leur situation avantageuse pour s’enrichir aux dépens de la population. Nous sommes entièrement d’accord avec le message de cette série : la personne qui occupe le premier poste du pays doit être le plus grand serviteur de son pays.

Dommage que la réalité diffère de cette belle fiction. Parce que la réalité peut différer de ce qu’on a imaginé. On emprunte un chemin dont on croit qu’il est bon et finalement qui c’est où il va nous mener.

L’Ukraine aspire à devenir membre de l’Union Européenne et on peut entendre de la part des Ukrainiens que votre pays se dirige vers l’Europe. Nous connaissons très bien cette expression parce qu’on a dit la même chose dans les années quatre-vingt-dix en Hongrie. Permettez-nous de vous dire que vous êtes en train de commettre la même erreur. Vous croyez que l’Europe est à Bruxelles, mais l’Europe est partout, de Lisbonne à Iekaterinbourg, de Reykjavik à Ankara. Vous faites déjà partie de l’Europe, sans discussion, il ne faut pas obtenir un certificat daté, signé et tamponné pour que votre pays soit européen, il l’est déjà.

La Hongrie avait la même confiance en l’Union Européenne que vous et votre peuple, mais au cours des années, certains Hongrois ont compris le sens du mot « euroscepticisme ». La Hongrie a reçu plusieurs gifles de la part de Bruxelles depuis les années quatre-vingt-dix. Tout d’abord, le processus d’adhésion était très long, on a dit qu’il faudrait plusieurs années pour qu’un pays puisse entrer dans l’Union, on a parlé de la législation, de l’économie, etc. La Hongrie a tout fait et quand enfin le grand jour est arrivé, plusieurs d’autres pays ont reçu la « bénédiction » de Bruxelles, des pays qui ont demandé leur adhésion beaucoup plus tard. Première gifle, et la deuxième avec elle : en prétextant qu’il fallait préserver les emplois dans l’Union, les citoyens des nouveaux pays membres devaient attendre deux ans pour bénéficier de la libre circulation des travailleurs. Et on ne compte plus les gifles, c’est inutile, la Hongrie n’avait droit que d’être d’accord avec les initiatives des pays occidentaux et c’était ainsi non seulement les douze dernières années. L’Union est restée malheureusement le club privé des pays occidentaux. Pourtant, le point de vue des pays de l’est et les expériences qu’ils ont acquises durant l’Histoire si différente de celle des pays occidentaux ne feraient qu’enrichir le mode de penser européen.

Mais pardonnez-nous cet euroscepticisme, vous êtes encore confiant, nous ne voudrions pas vous décourager mais apprendre des fautes commises par des pays semblables au vôtre ne serait pas contre la raison. Et nos deux pays ont regardé le rideau de fer du même côté.

De plus, l’Ukraine semble être un état de nation et Bruxelles semble ne pas aimer les états de nation. Pourtant chaque nation a un rôle à accomplir dans l’Histoire, chaque nation enrichie le monde.

Et si nous ne nous trompons pas dans notre point de vue, pour l’Ukraine et pour les Ukrainiens la nation est très importante, les Ukrainiens sont fiers de leur langue, de leur culture, de leur histoire. Même si parfois nous avons l’impression que l’Ukraine s’est perdue sur le chemin de devenir nation et blesse d’autres qui vivent avec eux et partagent le même sort.

L’Europe a besoin de toutes ses nations. Tout le monde considère les Ukrainiens et les Russes comme deux peuples frères. Et voir que deux peuples frères se confrontent armes à la main est terrible. Qui peut dire lequel a raison, lequel se trompe ? C’est à vous de trouver une issue, un terrain d’entente. Qui mieux que vous, les deux peuples qui se connaissent, puissent retrouver la véritable source des hostilités ? Et grouper la population de l’Europe en « pro-russes » et « anti-russes » n’est pas une issue, on peut aimer la Russie et l’Ukraine en même temps et non seulement on le peut mais on doit faire ainsi.

Comment les choses ont pu s’aggraver à tel point ? Voir les cadavres des civils qui jonchent les rues est terrible.

Permettez-nous de partager avec vous notre point de vue sur ce sujet. Tout d’abord, nous voudrions présenter nos sincères condoléances en espérant qu’une enquête internationale indépendante révélera les coupables. Mais comment ? Dans les vidéos diffusées sur les rues de Boutcha nous n’avons pas vu des enquêteurs, ni des techniciens de la police scientifique qui auraient prélevé les preuves sur la scène du crime. Pourtant il est très important de déterminer les circonstances, de rassembler objectivement les preuves de la culpabilité des auteurs. Et selon ces images l’enlèvement des corps ne suivait pas la procédure non plus. Permettez-nous de citer quelques phrases que nous avons lues sur la page web de la Police Scientifique française : « Sauf cas exceptionnels, lors d’une assistance à un Officier de Police Judiciaire, la Police Technique et Scientifique ne fait que constater et photographier le corps de la victime. Il est formellement interdit de toucher, déplacer ou réaliser des prélèvements sur le corps d’une victime sans l’avis et la présence d’un médecin légiste. Le rôle de la Police Technique et Scientifique est de fixer la scène telle qu’elle apparaît à son arrivée. » (Source : https://www.police-scientifique.com/medecine-legale/examen-du-corps-et-autopsie)

Il aurait fallu demander de l’aide des enquêteurs internationaux indépendants et garder un périmètre de sécurité dans les rues jusqu’à leur arrivée pour qu’ils puissent collaborer avec les autorités ukrainiennes. Dans ces conditions, que nous avons vu dans les vidéos, personne ne pourrait établir qui étaient les coupables. Pourtant, c’est très important que ce soient les véritables coupables qui se trouveront sur le banc des accusés.

Vous aviez une société de production, vous avez travaillé dans le « show-business » et il se peut qu’un jour vous vous voyiez être accusé de manipulation d’images ou de mise en scène trompeuse. On évoque déjà le faux massacre de Timisoara en 1989.

Parce que la tragédie est là, il y a des milliers de civils qui ont été tués, c’est une perte non seulement pour l’Ukraine et non seulement pour l’Europe, mais pour toute l’humanité. L’Europe entière est prête à accueillir les réfugiés, à leur assurer une vie tranquille et digne pour qu’un jour, après, parce qu’il y aura un après, après la fin de ce conflit armé, ils puissent retourner dans leur pays pour la reconstruire. Plus belle, plus riche, plus prospère qu’elle ne l’a jamais été.

Il y a une grande différence entre la réalité et la fiction. Nous sommes des artistes, comme nous l’avons évoqué au début de notre lettre, ce qui veut dire que nous ne faisons pas de politique, nous nous occupons de la culture et la culture doit être au-dessus de la politique. Nous espérons voir un jour que les dirigeants des pays prennent leurs décisions non pas selon les appartenances politiques mais selon le bien-être de leur pays.

Nous avons écrit un article dans lequel nous vous citons et nous trouvons convenable de vous envoyer le lien :

Nous avons sincèrement partagé avec vous notre point de vue mais il se peut que vous ne soyez pas d’accord avec quelques-unes de nos opinions. Nous espérons que vous n’allez pas dire que vous nous voyez et que nous n’allons avoir du calme que dans la tombe. Parce que c’est Dieu qui voit tout et tout le monde et c’est lui qui connaît chaque pensée de chaque personne, l’intention de nous tous. Notre seule intention est d’établir la paix et empêcher que l’Europe, notre cher continent soit brisé en mille morceaux. Et c’est Dieu seul qui est capable de mesurer les actes de chaque personne, nous ne voudrions pas jouer son rôle. Nous espérons que vous non plus.

Nous souhaitons la paix et la réconciliation.

Veuillez agréer, M. Zelensky, nos salutations distinguées.

Annabelle Félicité, écrivaine

Natália Karssay, artiste peintre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code